Sortie du neuvième numéro d'Espace(s)

La neuvième édition de la revue annuelle de l'Observatoire de l'Espace, dirigée par Gérard Azoulay, consacrée à la littérature et à la création inspirée par l'univers spatial, est disponible en librairie et sur le site des Editions de l'Observatoire de l'Espace.

La question de la « différence » se pose-t-elle différemment dans le contexte de l'Espace, au regard des enjeux qui lui sont propres ou du rapport que l'on entretient vis-à-vis de lui ? Au-delà de la dualité primordiale Terre/Espace, cette notion de la «différence » est à l'œuvre dans les objectifs et les modalités d'exploration de l'Espace, et aussi plus largement dans les termes d'une appréhension qui peut être scientifique, ou artistique. C'est ce que rappelle en substance le préambule de ce nouveau numéro d'Espace(s) dont le thème épouse parfaitement la diversité des approches littéraires et plastiques qui s'expriment sous le toit de la « maison commune » Espace.


Parmi les vingt-et-un auteurs représentés, romanciers, poètes ou dramaturges, hommes et femmes, certains sont des habitués de la revue, tels Eric Pessan, Laurent Laurent, Anne Kawala ou Hortense Gauthier, quand d'autres y font leurs premiers pas déjà armés d'une solide reconnaissance littéraire, comme Claro, Jérôme Lafargue, Matthieu Larnaudie, Jakuta Alikavazovic, Christian Garcin, Emmanuelle Pagano, parmi bien d'autres.

Sous leur plume, les motifs de l'espace et de la différence, abordés avec plus ou moins de frontalité ou de détours, se déploient tour à tour sur le terrain de l'intime et de l'universel, adoptent tantôt les codes de la fiction, tantôt ceux du documentaire ; suscitent nouvelles, fragments méditatifs ou poétiques et autres jeux typographiques… Chaque texte en soi revêtant, souvent, une forme hybride, la « différence » s'inscrit ainsi au cœur même des procédés littéraires.

Ces textes eux-mêmes entrent en résonance avec les "Carnets" issus des Résidences d'artistes et d'écrivains en impesanteur imaginées par l'Observatoire de l'Espace à bord de l'Airbus A 300 Zéro-G. Ainsi, les écrivains Bernard Chambaz et Vincent Ravalec font-ils le récit d'une expérience de la différence réservée à de rares élus hors du champ scientifique, celle du corps soumis à l'apesanteur, tandis que le compositeur Eric Cordier décrit l'étrangeté de sa confrontation « sonore » aux équipements d'un laboratoire de physique spatiale. Jacques Sivan, de son côté, se met carrément dans la peau d'un cyborg.

Enfin, la revue accueille pour un long entretien l'artiste plasticien brésilien Eduardo Kac, pionnier du bio-art dont la démarche foisonnante a interrogé à plusieurs reprises le matériau spatial.

A découvrir sur notre site Les Editions de l'Observatoire

clav7
Revue Espace(s) N°9