Composition spatio-temporelle

Accompagné d’une méditation de Michel Cassé, astrophysicien Institut d’Astrophysique de Paris.

"La géométrie est la mère de la gravitation. Einstein a d’ailleurs considéré que la courbure de l’espace-temps est à l’origine de ce qui fait que nous tombons : tomber, c’est suivre les lignes abstraites de la géométrie. Et l’espace-temps est courbé par la présence de la matière. C’est l’écart à la platitude, donc le relief, qui fait tout le sel de la gravitation. La théorie des supercordes – la dernière venue dans la grande quête d’unification des lois de la physique – fait valoir que l’espace-temps dispose, en réalité, de dix dimensions d’espace et d’une dimension de temps. Le temps reste unique mais les coordonnées d’espace se multiplient : il existerait ainsi trois dimensions droites et linéaires visibles, et sept dimensions enroulées sur elles-mêmes comme sur des moyeux invisibles. L’une des quêtes essentielles de la physique actuelle est de révéler ces sept dimensions supplémentaires. Cependant, il s’agit du travail de physiciens ne cherchant que l’harmonie, l’unité, la concorde, alors que d’autres prétendent que l’univers est la danse du chaos." "

Espace de l’Art concret

06370 MOUANS-SARTOUX
+33 (0)4 93 75 71 50
www.espacedelartconcret.fr
Composition spatio-temporelle losangique n°44,
Jean Gorin, 1969. Dépôt du Fonds national d’art contemporain

© Espacede l’Art concret, Mouans-Sartoux
36/40

museeretoursavoircreation
manif-retmusee_patrimoine