Joseph Cornell

Accompagné d’une méditation de Michel Cassé, astrophysicien Institut d’Astrophysique de Paris.

"Cette oeuvre est pour moi une évocation de l’émouvante intimité des choses, et signifie une certaine limitation de notre arche originaire Terre. Elle est humaine, trop humaine peut-être, pour la cosmologie contemporaine qui est une quête à la fois de l’invisible et de l’illimité. Pour un astrophysicien, l’univers n’est pas construit sur le modèle de la chose, c’est un ordre àretrouver et cet ordre est temporel : l’univers n’a pas de parois, il est une histoire plutôt qu’une cosmographie ou une disposition d’objets. Cette histoire est conçue comme une chronologie et même une généalogie : au commencement, le vide quantique engendre la lumière, ensuite celle-ci se matérialise et donne naissance à des nuages qui se fragmentent en étoiles, puis ces dernières fabriquent des noyaux d’atomes qui s’enchaînent pour former des molécules et finalement la vie et la conscience."

Musée d’Art moderne
et contemporain


67000 STRASBOURG
+33 (0)3 88 23 31 31
www.musees-strasbourg.org
Sans Titre n°3,
Joseph Cornell, vers 1955

© Musée d’Art moderne et contemporain de Strasbourg - Photo Musée de la ville de Strasbourg, Angèle Plisson - ADAGP, Paris, 2008
1/40
museeretoursavoircreation
manif-retmusee_patrimoine