Commandées en 1958 pour la première exposition astronautique Terre et Cosmos, à l’occasion de l’Année Géophysique Internationale, les deux toiles de Jean Cocteau se détachent de l’ensemble des collections de la Cité des Sciences par leur singularité en tant qu’objet du patrimoine spatial. Dès ses premières manifestations, l’aventure spatiale inspirait les artistes. En 1958, stimulé par le lancement du premier satellite Spoutnik, Cocteau parlait ainsi de son œuvre : “Je montre sans l'ombre d'esprit critique la chute d'Icare, les scaphandriers du ciel (que la science imitera un jour comme elle a imité les phantasmes de Jules Verne). Je montre la curiosité, la recherche, l'oeil intérieur du jeune Allemand Heim, le renversement dans le miroir des mains levées par les deux Chinois du Prix Nobel. Je montre Sir Isaac Newton, Einstein et Copernic, son brin de muguet entre les doigts. Peut-être, avant peu, la pesanteur sera-t-elle vaincue, et notre époque de machines deviendra-t-elle une sorte de 1900 dont on regrettera les teuf-teufs célestes et les chanteurs de charme.”

Cité des Sciences et de l’Industrie

75019 PARIS
Tél. : 01 40 05 70 00
www.cite-sciences.fr/
Inaugurée le 13 mai 1986, à l’occasion de la rencontre de la sonde Giotto et de la comète de Halley, la Cité des Sciences et de l’Industrie a pour ambition de faire prendre conscience à ses visiteurs des enjeux de la recherche scientifique, des investissements industriels et des progrès de la technologie, trois domaines où l’aventure spatiale tient une place importante.
Le satellite Spoutnik
© Tass

Hommage aux savants et La conquête de l’inconnu, Jean Cocteau
© CSI

15/21
museeretoursavoircreation
manif-retmusee_patrimoine