Pour le dernier jour du festival WormHoles, les spectateurs étaient assis au centre de l’auditorium sur des coussins dispersés au sol, autour d’eux, les Voyageurs de l’Espace formaient un cercle. Cette nouvelle mise en scène installait le public dans un état propice à une expérience de tous les sens.

La formation offrait quatre temps d’improvisations musicales développés selon différents thèmes en lien avec l’Espace. Le premier mouvement, L’Arrachement, à partir d’un texte d’Ernest Pepin, se déployait dans des sonorités sourdes, les instruments propageaient des vibrations dans la salle et résonnaient de cœur avec la voix de Lucia Recio.

L’écrit de David Lespiau, nourrissait un deuxième mouvement plus aérien, Dans l’Espace, où la chorégraphe Kitsou Dubois donnait à voir dans une vidéo, les dessins épurés de corps évoluant en absence de gravité.

L’atmosphère du troisième mouvement, Dans L’Ailleurs, rendue saisissante et diffuse par le jeu des musiciens, était renforcée par la lecture d’un extrait de texte de Noëlle Revaz, scandé par Hervé Péjaudier.

Le Retour, dernier mouvement, d’après un récit d’Alain Borer, se concluait sur un lent decrescendo qui ramena finalement la salle au silence et vint conclure le riche programme de ce festival de créations artistiques.

Samedi 13 novembre

Pour un voyage spatial

Avec Hélène Breschand (harpiste), Etienne Bultingaire (musicien du son), Philippe Foch (percussionniste), Sylvain Kassap (clarinettiste), Didier Petit (violoncelliste), Jean-François Pauvros (guitariste), Hervé Péjaudier (acteur), Lucia Recio (chanteuse).


9/9