Cet impromptu s’ouvrait avec l’arrivée d’une femme vêtue d’habits pailletés et portant une perruque d’un rouge vif. Andréa Sitter, dans sa déambulation chorégraphique, venait distraire sans pour autant perturber, le récit mis en image de l’océanographe spatial, Jean-Louis Felllous, sur la Genèse d’un satellite océanographique.

A leurs côtés, Etienne Bultingaire construisait une mise en son, utilisant des objets et instruments de toutes sortes, artisanaux et électroniques, dans une conversation sonore avec Cyril Hernandez jouant de ses nombreuses percussions.

Samedi 13 novembre

Genèse d'un satellite
océanographique


6/9