Dans une demie obscurité, Annie Dissaux proposait une installation avec des écrans aux formes variées, fixes et mobiles, installés ça et là dans l’espace scénique. Des projections de vidéos d’animations présentant des chorégraphies végétales, offraient une rythmique visuelle rehaussée par le travail de construction sonore d’Etienne Bultingaire.

Hervé Péjaudier évoluait dans cet environnement onirique comme suivant le chemin indéfini du Nùong, particule originelle et mystérieuse en question dans le texte de Vincent Ravalec dont il proposait une lecture au public.


Vendredi 12 novembre

Trio autour de l'origine du
monde




2/9