Transition, la nouvelle exposition au siège du CNES pour Nuit blanche 2017 ouvre ses portes le 7 octobre à 19 heures

Pour la quatrième année consécutive, l’Observatoire de l’Espace participe à Nuit Blanche et présente les œuvres des artistes Antoine Belot, Sylvie Bonnot et Johan Decaix spécialement réalisées à partir d’archives documentaires issues du domaine spatial.

L’exposition Transition s’inspire d’une aventure collective à l'origine d’une nouvelle activité spatiale : la maîtrise des ballons stratosphériques. D’un point de vue scientifique et technique, ce fut déjà une transition à plusieurs titres : transition entre les mesures réalisées au sol et les mesures faites dans l’espace par des satellites, transition entre une activité développée au sein d’une cellule familiale et une activité industrielle qui rassemble une large communauté scientifique, transition enfin entre une activité ancienne, la pratique de la montgolfière et une activité contemporaine qui a transformé le ballon, véhicule aérien par excellence, en véhicule spatial.

Pour Nuit Blanche, l’Observatoire de l’Espace du CNES a choisi d’explorer la question du “faire œuvre commune” dans la chaîne de création humaine, scientifique et artistique. Entre fiction et réalité historique, ce projet d’art contemporain entremêle récits d’artistes et récits culturels, prenant appui sur des pièces d’archives, documents historiques et matériel spatial qui témoignent de la naissance de cette nouvelle activité dans les années 1960 en France.

Les trois artistes Antoine Belot, Sylvie Bonnot et Johan Decaix, retenus à la suite d’un appel à projets, ont exploré chacun, à partir d’archives spatiales auxquelles ils ont eu accès, un aspect ou un moment de cette transition afin de produire une pièce originale. Le travail documentaire et les choix dramaturgiques de Johan Decaix nous renvoient au récit sur l’engagement personnel d’un des premiers ingénieurs du CNES qui a développé différents modèles de ballons. La transformation appliquée par Sylvie Bonnot aux archives photographiques résonne avec le récit sur le programme EOLE qui inscrit définitivement le ballon au sein d’une grande installation spatiale. Enfin, au récit sur la construction de la première base spatiale de lancement de ballons répond le travail d’Antoine Belot sur la temporalité des objets spatiaux et le territoire que cela dessine.

Ce nouveau projet associe recherches documentaires, construction de récits et travail de création artistique. Il s’inscrit dans la démarche de l’Observatoire de l’Espace d’explorer d’autres formes d’exposition qui s’affranchiraient des catégories disciplinaires usuelles et susciteraient de nouvelles frictions entre le réel et l’imaginaire.

Visuel Nuit Blanche 2017