Festival Sidération 7eme édition, les artistes face à l'Espace

Pendant trois jours, le festival Sidération s'est penché sur le désir d'ailleurs incarné par l'aventure spatiale.

Que s'y exprime rêve de vie meilleure ou volonté d'hégémonie, l'Espace comme lieu d'expérimentation des aspirations humaines a révélé sa capacité à générer de nouveaux récits à travers une programmation plurielle portée par des artistes issus de toutes les disciplines.

Le spectacle vivant et les arts visuels ont questionné, en particulier, la notion d'habitabilité de l'Espace dans une dimension poétique, domestique, politique et utopique. Quelles sociétés pourraient se déployer dans l'Espace ? Quels modèles sociaux et économiques réinventer ? A quoi pourraient ressembler les lieux de vie, de culture ou de tourisme hors de la Terre ? Ces quelques pistes de réflexion ont été partagées avec le public dans les différents espaces du festival.

Tout comme lors des éditions précédentes, la salle de l'Espace a accueilli des artistes du spectacle vivant qui ont présenté ce qu'évoquait pour eux la thématique de l'utopie. Performance, musique et théâtre s'y sont succédés attestant par la variété formelle des propositions la richesse de l'imaginaire spatial.

La salle de l'Espace s'est également ouverte, le temps d'un après-midi, à des entretiens performés menés par Eric Pessan et Karin Serres, membres du comité de rédaction de la revue Espace(s). Ils y ont reçu artistes et scientifiques afin de nourrir leur travail d'«explorateurs d'utopies».

Les salles d'expérimentations sont quant à elles devenues le lieu d'une exposition collective rassemblant autour du thème de l'utopie des œuvres de plasticiens de tous horizons et les travaux de résidents de l'Observatoire de l'Espace. Le GEUS (Groupement Éphémère des Utopistes Spatiaux) a également investit les lieux à coup de documents relatant sa fondation et de messages politico-futuristes placardés aux murs. Le public a pu découvrir cet espace d'accès libre et gratuit en suivant le violoncelliste Didier Petit et la chanteuse Claudia Solal au cours de plusieurs visites sonores de l'exposition

Visuel Sidération 2017
clav1