Comment la main du violoncelliste et l’âme de l'instrument peuvent faire résonner l'indéfinissable sensation de n’avoir pas de poids ? La Main de l’âme, pièce pour violoncelle en apesanteur, a été jouée sur la scène de la salle de l’Espace par trois violoncellistes accompagnés d’une projection vidéo fragmentée. Cette allégorie du vide et du mouvement sonnait comme autant d'humeurs qui nous ont traversés dans cette instabilité joyeuse et troublante à la fois. Le violoncelle est bel et bien devenu un compagnon idéal pour l’Espace.

Composition : Didier Petit / Violoncelle : Jean Gaudy, Anaïs Moreau et Didier Petit / Vidéo : Jean-Yves Cousseau

La Main de l’Âme
8/20