Les quatre projets de créations autour de Cosmothropos

Café de l'univers une proposition d'Isabelle Bats 
Isabelle Bats propose un projet de performance d'objets et de paroles, une invitation au voyage orchestrée au travers des mots et leurs dérivés, recueillis parmi les traces spatiales de Cosmothropos
« Einstein aurait dit : Dieu ne joue pas aux dés avec l'univers. Jouons aux dés. Reprendre ces mots et leurs dérivés, dériver avec eux. Galaxie est aussi un type de voiture, mars est aussi une barre chocolatée, quelques étoiles sont aussi des personnages de Shakespeare... Un quart d'heure de jets de dés et de dérive orchestrée aux travers des mots, nous emmène dans nos rêves. Un quart d'heure pour construire, d'abord sur la table, puis au sol, à l'aide de ces dés, une carte du ciel. »

Le Cosmos nous fait rêver par Véronique Binst et Gwénnaëlle La Rosa
À partir des textes et de la documentation issue de Cosmothropos, Véronique Binst et Gwénnaëlle La Rosa entendent composer un récit où le public embarquera à bord d'un "vaisseau". « Les spectateurs prendront part au voyage, ils seront amenés à choisir leurs destinations : d'autres temps, d'autres lieux, dans un récit nourri par les textes de la documentation Cosmothropos. »

Danse avec un homme volant par Marguerite Danguy des Déserts Marguerite Danguy des Déserts
propose un récit en mouvements aériens, dansé par un personnage : Flagmen. Cette marionnette-sculpture voyagerait, libre de la durée, libérée de la distance, parmi les lieux repérés dans l'espace public par les contributeurs de Cosmothropos. « Le point de départ est l'empreinte de l'Espace sur le corps. Et des traces du corps dans le paysage. Ce serait un corps qui voyagerait dans le temps et dans l'Espace, libre de la durée, libéré de la distance. Dans la danse avec la marionnette-sculpture, le travail sera basé sur : la nostalgie, la drogue de l'Espace : y revenir, y retourner toujours et « être aspiré vers le haut ». La performance serait le récit en mouvement de ce corps libre qui a voyagé. »

Les pieds sur Terre et la tête dans les étoiles par Amandine Léonard et Alessia Wyss
En prenant comme point de départ le corpus photographique rassemblé lors du projet Cosmothropos, Amandine Léonard et Alessia Wyss souhaitent tisser des relations entre les empreintes terrestres et des phénomènes cosmiques. Gestes, mouvements sonores et parole, seront les vecteurs d'exploration de l'imaginaire collectif lié à l'Espace. « Mettre en lumière les rapports liant l'Homme à son environnement, par le mouvement dansé et l'écriture poétique. Amandine fait répliquer sa plume, Alessia son corps, faisant surgir des expressions en mots et en mouvements. »

Cosmothropos 2014