Compte-rendu Immersion #1

Introduction de Gérard Azoulay (Observatoire de l’Espace), François de Banes Gardonne (directeur de la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon) et Franck Bauchard (directeur artistique de la Chartreuse).

Le partenariat entre la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon et l’Observatoire de l’Espace s’est noué afin de nourrir des processus de création originaux. Si la présence des activités spatiales dans le quotidien des êtres humains est croissante, sa présence dans la création contemporaine nécessite d’être interrogée, en dehors d’une inscription dans un monde scientifique et technique. Dès lors que les processus et le fonctionnement de l’univers spatial sont analysés dans leur profondeur, l’artiste se heurte souvent à leur complexité. Cette collaboration s’inscrit ainsi dans un engagement à long terme, structuré en différentes actions qui permettent à l’artiste de s’approprier le matériau afin de construire sa réflexion propre.

Pour la création scénique, il parait nécessaire de prendre en compte la dimension humaine de l’Espace, habituellement restreinte à la figure du cosmonaute, aux thématiques de l’Homme dans l’Espace ou de son alter-ego robotisé, ou encore de l’alien. L’Espace est loin d’être un désert humain, il est investi par l’Homme, par son imaginaire ou encore parce que tous les dispositifs techniques et scientifiques procèdent de lui, et à l’instar des satellites, sont souvent tournés vers la Terre. L’Espace est construit par une multiplicité d’acteurs, traversé par des flux d’informations entre acteur et utilisateur. Il n’existe pas uniquement à travers une dimension héroïque.

La Chartreuse poursuit depuis longtemps son aventure artistique. Ses expérimentations développent la recherche d’un théâtre global, d’un théâtre du monde. Celui-ci examine la retombée médiatique de l’événement, comment elle construit la manière dont il est perçu et conditionne son inscription dans une mémoire, qui disparaît peu à peu lorsque de nouvelles préoccupations le remplacent dans l’actualité.

Le programme d’expérimentation théâtrale, les Sondes de la Chartreuse, a comme objectif un travail entre artistes et théoriciens. Ainsi, il agit comme un dispositif de rencontre et d’expérimentation du rapport entre écriture et dramaturgie, construit également grâce à un comité de rédaction qui en fixe les thématiques. Il est intéressant d’observer la façon dont le théâtre se saisit de l’actualité médiatique, notamment dans le cas du séisme à Haïti, au travers des différentes sources d’information, dont celle constituée par l’univers satellitaire, et comment cette prise en compte contribue à le modifier.

Sylvie Marzocchi :
Les systèmes satellitaires d’observation terrestre

Présentation générale des systèmes satellitaires (domaine visible, radar etc.), ainsi que des applications des ressources satellitaires, ainsi que le décryptage des réseaux d’utilisation des données satellitaires (segment spatial, segment sol, entreprises à valeur ajoutée qui « décryptent » les images…)

De formation, Sylvie Marzocchi est ingénieur cartographe, elle travaille à la direction des programmes au CNES, et elle est responsable de l’information géographique.

Lire l'intervention de Sylvie Marzocchi

Thierry Rousselin :
Le dessous des cartes (décryptage d’images satellite)

Décryptage d’images satellite et du fonctionnement du réseau d’acteurs qui entourent leur production. Dissipation des mythes liés à la toute-puissance de l’imagerie satellitaire et à la surveillance qu’elle peut exercer.

Thierry Rousselin est consultant en imagerie spatiale, spécialisé dans les applications de l’imagerie et de la cartographie spatiale. Il est également chargé de cours en géointelligence à l’Ecole des Mines de Paris.

Lire l'intervention de Thierry Rousselin

Bernard Allenbach :
La Charte « Espace et catastrophes majeures » et le séisme à Haïti

Description du fonctionnement de la Charte « Espaces et Catastrophes majeures » et étude de sa mise en œuvre dans le tremblement de terre à Haïti. Décryptage du travail des sociétés à valeur ajoutée qui font de la cartographie rapide afin de rendre accessibles les images satellite aux utilisateurs.

Bernard Allenbach est ingénieur au Sertit (Service Régional de Traitement d’Image et de Télédétection), service de cartographie rapide, spécialisé dans l'analyse de données de télédétection de crise.

Lire l'intervention de Bernard Allenbach

: